Image

Avec Alain Juppé, les jeunes agissent pour la France

Hier soir à Saint-Denis, Alain Juppé lançait le mouvement des « Jeunes avec Juppé ». Nous étions près de 500 lorsque le maire de Bordeaux s’est enfin montré. Ses premiers mots, le poing en l’air :

« La prochaine fois on le fait en face, au stade de France ! »

Naturellement, les hourras et cris de joie que vous entendez changent radicalement de l’accueil qu’a eu M. Juppé ce week-end au congrès #LR, comme il le rappelle (#CoucouSarko).

On notera la playlist d’entrée fort justement choisie : this is the moment. Ce soir en effet régnait un parfum de victoire. Même si le combat commence à peine, cette soirée était une première victoire. Pour M. Juppé d’abord, qui prouve ainsi que son âge n’effraie pas la jeunesse et qu’il est capable de mobiliser ce public difficile. Pour les jeunes responsables de la #TeamJuppé ensuite, qui avaient une grosse pression sur les épaules. Alors que je les rencontrais la semaine dernière ils me confiaient que cette soirée de lancement était aussi l’occasion pour les ‘aînés’ de voir si on pouvait compter sur les jeunes. À lire les réactions de Gilles Boyer, conseiller politique d’Alain Juppé présent hier soir, et de M. Juppé lui-même, les #JeunesAvecJuppé ne les ont pas déçus.

On peut donc prédire de beaux jours à la mobilisation des jeunes autour de la candidature d’Alain Juppé.

Après une présentation intelligente et énergique de l’invité par Matthieu Ellerbach, responsable des « Jeunes avec Juppé », l’ancien Premier ministre a réservé ses premiers mots pour remercier les forces présentes.

À bien regarder les jeunes qui étaient présents hier soir, il faut bien avouer que nous faisions un peu ‘cliché’. Nul doute que le Petit Journal ne manquera pas de s’y attarder. Nous étions réunis dans le 93, département le plus jeune de France, et l’un des plus pauvres. Et pourtant, beaucoup de types en costume (sans cravate, selon une consigne largement suivie), de demoiselles élégamment vêtues, que des jeunes BCBG dont une infime partie seulement étaient originaires du coin. Nous courions le risque de la caricature : « Hé regardez, le 116 et le 92 sont de descente dans le 9-3 lol ». Les nombreux jeunes gens en tee-shirt n’auraient pas suffi à défaire l’image que nous renvoyions… En plus de cela, l’immense majorité des étudiants présents barbotent rue Saint-Guillaume, dans une école de commerce ou en fac parisienne (de droit surtout) – je fais partie de ceux-là.

« Je vous invite à sortir de vos grandes écoles, à aller vers ceux qui ne sont pas là ce soir » a lancé M. Juppé. L’enjeu est grand en effet : était réunie hier soir ce que d’aucuns appellent l’élite parisienne, la jeunesse dorée, bref ceux qui ont le temps et les moyens de s’engager en politique. Alain Juppé nous a invités à nous ouvrir, à rencontrer d’abord ceux que personne ne va jamais voir. En bref, à redescendre de notre tour d’ivoire.

Que dit-on aux jeunes au chômage ? Comment leur en vouloir de s’éloigner de la politique alors qu’ils y entendent tous les cinq ans qu’on va miraculeusement leur créer des emplois qu’ils ne voient jamais ?

Que dit-on aux jeunes en échec scolaire, qui n’ont pas les repères et le soutien qui nous ont permis, à nous, de nous en sortir pour le moment ?

Que dit-on aux jeunes lâchés par tout le monde, à qui on ne prend même plus la peine de parler parce que de toutes façons ils ne votent pas ?

Toutes ces questions sont quotidiennes et se posent partout. On y répond avant tout par de l’écoute et de la proximité. J’ai l’occasion de le constater dans mes activités d’élu local : à Sceaux la jeunesse et les familles sont chouchoutées. Contre l’exclusion des jeunes, nous ouvrons par exemple dans quelques semaines un espace d’accueil où du personnel de la ville accompagnera les jeunes : conseils, aide dans la recherche de stages de troisième, accès à du matériel informatique, etc. Ces solutions ne sont pas si coûteuses, elles demandent avant tout de l’engagement humain. C’est ce qu’Alain Juppé a demandé hier soir à ses jeunes soutiens : agir.

IMG_7657

Qui dit lancement de campagne dit presse. Elle était présente en masse hier. Image rare, le Petit Journal a applaudi Alain Juppé, et Cyrille Eldin avait l’air parfaitement ravi d’être présent (larges sourires et multiples selfies le prouvent !).

La confiance, a répété plusieurs fois Alain Juppé. C’est ce dont il fait preuve à l’égard des jeunes en les intégrant pleinement à sa réflexion programmatique et à sa campagne. C’est aussi ce qu’il entend redonner aux Français, de la confiance en eux et dans ce qu’ils peuvent faire pour s’en sortir. Apaiser, rassembler, réformer : c’est la méthode Juppé ✔️

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s